• Menu
  • Menu

Critique livre : C’est ça la France, de Frédéric Hermel

Lorsque l’on devient “expat”, le regard que l’on peut avoir de la France change, s’adoucit. Avec son livre “C’est ça la France”, Frederic Hermel met le doigt sur cela et nous raconte une France pleine de positivisme et bonheur.

 

Hier, je voyageais… Départ de France, direction de nouveaux horizons. Avec le temps le voyage devient un mois, 1 année, et pour certains une vie à l’étranger.  De ces expériences, on a tous ce point commun qu’est, la France. D’un pays banal à nos yeux, celui qu’on se plait à comparer et parfois critiquer, devient de l’étranger tout autre. On devient parfois chauvin, on apprend de la chance qu’on peut avoir, mais aussi, des détails relativement simples deviennent une madeleine de Proust.

Vivre à l’étranger est une expérience, une chance, mais surtout elle montre que nos habitudes changent du tout au tout. Le bon pain à la Française, notre belle langue, entre autres, ces choses qui ont bercés notre enfance n’existent pas ailleurs. Ou peut-être sous d’autres formes. Via son livre « C’est ça la France », Fred Hermel met en avant ces détails qui dans notre vie française ne nous charment plus, mais qui de l’étranger nous « titillent » le sentiment de manque.

Frederic Hermel, journaliste et écrivain

Que penser du livre “C’est ça la France”

« C’est ça la France », c’est ce livre qui met en avant une France positive, qu’on aime et qu’on admire. Le temps d’un instant, nous redevenons expats avec ses joies, mais surtout sa nostalgie. Car n’importe qui s’y retrouve, via des détails. Acheter son pain, une musique qui nous résonne comme « et un, et 2, et 3 zéro », la pétanque, la France tout simplement.

Il n’est jamais aisé de passer des émotions, de déclencher un fort sentiment après quelques lignes… Pourtant, rien que la 4ème de couverture m’avait déjà happée.  Comme il l’a expliqué nombreuses fois sur des plateaux télés, le confinement n’a fait qu’augmenter son manque de France, et sortir ce beau livre.  Bloqué à l’étranger sans possibilité de rentrer, c’est un manque qui en devient décuplé.

La plume est légère, la lecture est facile. Les mots choisis avec brios, font rire parfois, réagir souvent, réfléchir pourquoi pas.

Petit musée joyeux d’un peuple pas comme les autres.

Amoureux de la France, ces quelques heures de lecture ne sont jamais de trop. Vous qui allez voyager dans cet hexagone qu’on se plait trop souvent à critiquer. Quel que soit votre âge, les sujets abordés sont intemporels.

Chaque paragraphe a son importance, et bien que certains peuvent moins nous toucher on comprend facilement la référence, le ressenti. Si le RC Lens est mentionné, à mes yeux il deviendra un OM. Les révisions du bac devant Roland Garros, le début de la coupe du monde durant le dernier mois de cours. Les plages du Nord deviendront celles de Méditerranée . On a tous notre France, mais l’idée est transmise à n’importe quel lecteur.

La couverture de « C’est ça la France » ne le dit que trop bien :  Petit musée joyeux d’un peuple pas comme les autres. Car oui les français ne sont pas comme les autres. On tient à nos valeurs, on aime notre laïcité, parfois on s’approche du cliché avec marinière sur le dos, on s’arrête boire une bière à la brasserie du coin, on a France 98, on a Zidane, on est libre et on aime ça ! Moi qui n’ai jamais été autant chauvin qu’à l’étranger, je me plais à m’y retrouver.

Fred Hermel, c’est ce journaliste, exilé à Madrid, amoureux de la France, qui nous raconte le bonheur de la nostalgie afin de mieux comprendre notre chance.

Telle une lettre à France, demain nous dirons aussi, c’est ça la France !

Voyageusement

Notez cet article
[Total: 0 Average: 0]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *