• Menu
  • Menu

Film sur le voyage : Carnets de voyage

Rien que le titre du film, Carnets de voyage, laisse rêveur. Une fois que vous l’aurez vu, vous planerez totalement. Trouver un bon film alliant histoire et voyage n’est pas évident, mais ce dernier, tire son épingle du jeu.

 

Carnets de Voyage, une étonnante histoire

L‘histoire de Carnets de voyage est celle d’Ernesto Guevara, qui part à la découverte de l’Amérique Latine avec son ami Alberto. Vous l’aurez compris, c’est bien le début de l’histoire de Che Guevera mais avant que ça devienne El Commandante ! Savoir que ce film raconte une histoire vraie donne une touche supplémentaire au rendu final. Admirateur de l’Amérique du sud, c’est un plaisir de découvrir cette touchante histoire, assaisonnée de paysages que l’on a eu la chance de découvrir par le passé.

C’est ce premier voyage, à bord d’une moto à l’agonie, qui le confrontera à la réalité de la vie Sud Américaine, et qu’il découvrira ses nombreuses inégalités. Ce road trip se déroula en 1952, et leurs fit arpenter l’Argentine, au départ de Buenos Aires puis le Chili, Pérou, Colombie, et Vénézuela. Les voyages sont forgeurs de la jeunesse non? El Commandante en est la preuve !

Dès les premiers instants du film, on est comme transporté à travers ce voyage initiatique. D’un simple voyage, l’humanité va prendre un dessus imprévisible. Leur moto, les nombreuses chutes, les rencontres, Carnets de voyage est un film qui vous marquera, sans aucun doute.

Soyons réaliste, exigeons l’impossible

Si on devait en faire un récit en une phrase on dirait : une dose d’humanisme dont on devrait s’inspirer plus souvent. Une scène du film est marquante dans ce sens, avec Ernesto Guevara qui arrive à la Léproserie en bateau. Cette dernière est l’endroit où étaient envoyés les malades de la lèpre… Avant leur arrivée, les ordres étaient formels, il faudra avant tout mettre des gants. A la descente, il est partie saluer les malades, sans gants, en leur serrant la main. Les malades, furent sur le champs conquis par cet homme. C’est aussi avec ces malades, que Guevara prononcera son premier discours politique. Un beau moment.

Cet homme qui venait d’une famille bourgeoise, voyait les choses plus loin que ce que l’on veut bien nous montrer. Ce voyage lui a apprit à se connaître.

Si jamais vous avez eu la chance de parcourir l’Amérique du Sud, vous vous rendrez compte que ces inégalités dépeintes dans le film, et qui ont fait changer Guevara, sont encore d’actualité de nos jours…

Des paysages à couper le souffle

Pour parler des paysages, vous les découvrirez, avec admiration, joie, ou même nostalgie. Au programme le désert d’Atacama, Cusco, Valparaiso, et bien d’autres encore, avec en point magistral, le Machu Picchu. Un époustouflant bonheur.

Toujours à la recherche de nouveaux films, donnant des idées d’évasion, j’ai mis pas mal de temps à me lancer sur “Carnets de Voyages”… Résultat, j’ai déjà envie de le revoir.

Qui n’a jamais rêvé d’un road trip, à moto, dans le monde, en se disant “ah ça serait original!”. Résultat, on se rend compte que l’on invente rien, et qu’il y a presque 70 ans, des personnes le faisaient déjà.

Je rêvais en Indiana Jones, je pensais en Tintin, je m’imagine en Mike Horn, mais il faut aussi compter en Ernesto Guevara !

Tiré du carnet de voyage d’Ernesto Guevara, vous pourrez du coup le découvrir à télé, ou sur papier.

Bon visionnage, voyageusement.

Notez cet article
[Total: 1 Average: 5]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *