• Menu
  • Menu

Hollywood Boulevard, le kitch à l’état pur ?

Hollywood Boulevard, et son fameux Walk of Fame, c’est une idée datant de 1958 qui mettait à l’honneur les “grands” du show-business, par les “grands” du show business. Un peu une sorte d’auto-congratulation. De nos jours, c’est plus de 2 600 étoiles que les voyageurs viennent piétiner et photographier. Kitch a-t-on dit?

Hollywood Boulevard, le kitch à l’état pur?

Un des lieux les plus prisés de Los Angeles, le fameux Walk Of Fame. Trottoir immensément long, recouvert d’étoiles de nos acteurs ou chanteurs favoris, c’est un lieu photogénique qui à la télé est sympa, mais sur place s’annonce toujours un poil décevant.

Entouré de nombreux shops proposant des étoiles personnalisées, le TCL Chinese Théâtre, des musées en tout genre, on s’attend souvent à un lieu porté sur le cinéma. Oui mais non. Hormis les soirs d’avant première, le boulevard tire plus vers le piège à touriste qu’autre chose. Les jours d’avant première, les paillettes sont de sorties, les affiches grand format, le tapis rouge, et les acteurs le foulant, tout cela est présent, avec sa touche glamour. En dehors, c’est des gens costumés cherchant une pièce pour une photo (bien normal je ne dis pas le contraire), des rappeurs voulant vous donner un cd, puis nous, déambulant sur ces étoiles, piétinant des noms en cherchant celui à photographier.

Alors que nous nous agglutinons pour chercher la bonne étoile, ces fameux personnages eux, ne fouleront plus jamais ce trottoir. Après l’inauguration de leur étoile, tout cela ne devient qu’un détail. Rien d’artistique à en tirer, nous nous prenons tous en photo devant un nom, là posé sur le sol, se faisant frotter toutes les heures par des centaines de baskets plus où moins sales. Est-ce kitch? C’est une question à se poser, mais qui ne nous vient pas à l’idée lorsque nous y passons.

Quel bonheur de voir la fameuse étoile de Steeve McQueen, ou celle d’Henry Winkler, le “Fonz”, mais en y réfléchissant bien, quel en est l’intérêt ? Avec un léger recul, je me dis que nous nous mettons tous à genou devant une simple gravure, reproduite 2600 fois. Encore une photo devant la Joconde, oui, mais là…

C’est une question pertinente, car les lieux artistiques et prometteurs, les endroits visuellement pertinents sont légions à Los Angeles, alors pourquoi sommes nous si fascinés par des noms?

Au choix, la plus belle étoile reste celle de Mohamed Ali, apposée sur un mur, pour que personne ne piétine jamais son nom. Peut être la moins connue, mais la plus “unique”.

Nous repasserons tous par le Walk Of Fame, mais ne regardez plus vos pieds, allez de l’avant.

Voyageusement

Notez cet article
[Total: 0 Average: 0]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *