Prendre un vol long courrier avec un bébé

 

Loin de l’idée répandue, avoir un enfant n’empêche pas de dormir, manger, sortir, ni voyager. Un vol long courrier avec un bébé est une étape, mais loin du stress qui pourrait s’en propager.

Partir sur un vol long courrier avec un bébé n’est pas à prendre avec des pincettes. Maintenant, ce n’est autre qu’une journée, je le conçois dans un endroit clos, mais qui peut se passer comme toutes les autres.

Avoir un bébé ne doit empêcher personne de voyager. Si vous en avez l’occasion, il ne faut pas hésiter. Le vol que vous vivez avec un bébé reste bien entendu différent des habitudes que l’on peut avoir en temps normal, mais comme je l’ai dit c’est une étape. Un vol de ce genre vous fera compter les heures, c’est indéniable, et alors ?

Les 1ères heures de vol

Une fois l’embarquement fait il n’y a plus qu’à s’envoler. Entre jeux, repas et sieste, le temps passe différemment. L’envie de lire un livre, regarder des films, ou dormir est là, mais la possibilité c’est autre chose. 95% du temps, l’emplacement dans l’avion avec un bébé est face à une cloison. La compagnie vous place comme cela afin d’y installer un couffin et que bébé puisse dormir. C’est très pratique et permet de souffler, mais il faut toujours garder un œil dessus car il est très facile de passer par dessus bord (il y a une ceinture de sécurité dans le couffin quand même).

Le couffin vous est proposé juste après le décollage, aucune crainte à avoir. Si je parle de 95% c’est surtout qu’en cas de présence trop importante de bébé, les places de ce genre ne sont pas à foison.

Le personnel est toujours quant à lui, très agréable et serviable. Un petit doudou en cadeau, des couvertures, un drap, il est bon à savoir qu’ils peuvent aussi fournir des couches si vous en manquez, ou de l’eau minérale pour les biberons.

A savoir, prendre l’avion avec un enfant vous permet toujours, d’embarquer en priorité. Ca c’est cool !

Les difficultés d’un long courrier avec un bébé

Quand je parle d’une journée comme les autres, c’est en toute franchise un peu ça. Des moments d’éveil, de jeu, de rigolade couplés avec des repas et quelques siestes. LA différence vient du fait que l’environnement est réduit et que les actions sont restreintes. Marcher dans l’allée ok, mais c’est rébarbatif. Heureusement que les bébés sont assez faciles à occuper.

Avoir quelques livres, jouets, et le tour est joué. N’oublions pas qu’un bébé est un “piège à personne”, et en quelques sourires il met tout l’avion dans sa poche.

Un bébé reste un bébé, et il lui arrive de crier, exprimer sa joie, il se peut qu’il pleure aussi et dans un sens, on peut se sentir mal à l’aise vis à vis des autres. Même si c’est le cas, C’EST UN BÉBÉ, et même si vous lui expliquez en long large et travers, pour lui le principe du chut n’est rien d’autre qu’un geste et un son. Lui mettre la main sur la bouche ? Pourquoi faire, ça ne le calmera pas et il prendra cela comme un jeu. Mona par exemple, fait l’indienne quand j’approche ma main de sa bouche !

Aussi calme que peut être un bébé, ils sont tous différents mais auront tous un moment ou l’autre, une passade jeu et expression. C’est la vie, on l’a tous vécu, et on peut rien y faire. Si les gens autour ne comprennent pas, ne vous en souciez pas…

Bébé va aussi dormir dans l’avion, bien que ça reste un endroit avec du bruit et du monde. Il est happé par tout cela et il faudra attendre pour qu’il s’endorme. Ça peut aller vite, comme moins. On croise les doigts pour vous !

Conclusion d’un vol long courrier avec un bébé

Une nouvelle fois, ne partez pas avec un stress immense, bébé s’en rendra compte. Relaxation est de mise ! Mine de rien, 12h dans un avion avec un bébé passe vite dans le sens où vous êtes sans cesse occupé. En comparaison avec un vol de 12h entre repas, pipi, petit film, bébé va prendre votre attention durant tout le vol.

Sur la durée, c’est surtout l’impatience et la fatigue qui fera son entrée dans le jeu mais rien de bien insurmontable. Un trajet de ce genre passera par des phases cycliques qu’il ne faudra pas louper. Chacune a son importance dans le déroulement du vol, que ce soit le repas, la sieste, le jeu. Le temps passe vite, à condition de ne pas regarder sa montre toutes les 10min. Qui plus est, si vous êtes 2 ça ira encore mieux.

Si bébé fait son show, amusez-vous en et laissez-vous porter. Ne reste plus qu’à gérer le décalage horaire… On en parle dans quelques jours !

Voyageusement

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Notez cet article
[Total: 6 Average: 5]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 commentaire