Pourquoi je n’ai pas apprécié la visite d’Abu Dhabi

Pourquoi je n’ai pas apprécié la visite d’Abu Dhabi
Noter cet article

Tout le monde a une plusieurs villes qu’il n’arrive pas apprécier, des villes dont on ne voit pas l’utilité. Pour ma part, j’ai lancé mon dévolu sur Abu Dhabi. Dire que l’on aime pas une ville est une chose, mais il faut aussi savoir développer le pourquoi du comment.

La première chose qu’il faut bien prendre en compte, c’est un avis personnel. Vous serez peut être totalement en désaccord avec mes dires, mais heureusement que l’on aime pas tous la même chose !

Partons en visite d’Abu Dhabi !

On entend souvent parler de Dubai pour son architecture, ses tours, plages, mais il faut bien dire qu’Abu Dhabi revient nettement moins souvent. Quand énormément de monde veut stopper à Dubai pour découvrir, on entend jamais parler d’Abu Dhabi.

Comme il est toujours agréable de découvrir une nouvelle ville, j’ai eu la chance de faire escale 24h et ainsi faire une visite d’Abu Dhabi. 24h c’est très peu, mais c’est toujours suffisant pour se faire une première idée. Qui plus est, ce n’est pas mon type de ville, et je ne m’y arrêterai pas de moi même.

Arrivé sur place, aucune préparation, c’est donc un peu perdu qu’il faut trouver les choses à faire et le moyen d’y aller. Au choix, soit taxi soit bus au départ de l’aéroport. Les cartes que l’on vous donne à l’aéroport d’Abu Dhabi ne sont pas du tout à l’échelle. Même si on peut faire sans, c’est très déroutant car il est impossible de s’imaginer les distances.

Sachez que si vous décidez de partir en bus, il faut prendre le A1, qui vous rapprochera du centre. A cela la chaleur étouffante de la ville, et un bus qui n’arrive pas, c’est un bonheur difficilement compréhensible 🙂 .

Mosquée Cheick Zayed

La première étape de visite sera la Mosquée Cheick Zayed. De son blanc nacrée, elle est très populaire à travers le monde. Pour faciliter la tâche, le bus s’arrête à 15 min à pied. Ben oui, pourquoi s’arrêter devant alors qu’on peut taquiner le voyageur ! Malgré tout, la beauté de cet édifice que l’on voit de loin fait tout oublier.

N’y rentrez pas avec tablette ou ordinateur (on ne sait jamais dans le sac) car on vous fera repartir, marcher, et consigner votre sac. Il saut savoir que les filles doivent se voiler (ce qui est normal dans un lieu de ce type) et qu’ils prêtent des habits. Le seul soucis dans ce prêt d’habits et qu’il faut encore ressortir, et qu’ils demandent un passeport, des papiers et une signature sur la globalité. La foule s’amassant, il est plus long de faire le dossier de prêt que la visite en elle même…

Pour repartir l’idée est de prendre un bus rouge, ces fameux véhicule présents partout dans le monde et qui permettent de visiter rapidement. Comme le temps est restreint, ca peut être une parfaite idée. C’était sans prévoir ce prix faramineux de 80 euros par personne. Ce prix peut être justifié dans une ville telle que New York, Paris ou ville avec un patrimoine élargie, mais Abu Dhabi… Sans vouloir critiquer, Abu Dhabi est loin de jouir d’un patrimoine et d’une histoire justifiant un prix exorbitant pour effectuer sa visite. Il y a de belles choses, mais rien de fou. Abu Dhabi se prend pour une petite New-York aux aires richissimes, mais sans saveur.

Emirates Palace et incompréhension

Une fois reparti, c’est une succession d’incompréhensions pour se retrouver perdu. Perdu car sans indication, il est dur de trouver quoi faire. Arrivé devant l’Emirates Palace, quelques photos, un petit repas, et puis stop car ca mène à rien. Avec plus de temps, je suis conscient que l’on peut découvrir le Ferrari World, le Louvre, et bien d’autres, mais hormis ça….

Pour être franc, je sais même pas quoi dire en fait, juste qu’Abu Dhabi, c’était un coup pour rien, une ville qui mérite au maximum 1 à 2 journées, mais en aucun cas plus…

Voyageusement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *