• Menu
  • Menu

Interview voyager avec un enfant – Une vie de Nomade en Australie

Voyager avec un enfant en Australie pourquoi pas, mais partir vivre une vie Nomade en Australie, avec un enfant, qu’en pensez-vous? C’est l’aventure que nous raconte Jenny, 40 ans, qui avec sa famille vie cette folle et belle aventure.

 

Interview une vie de Nomade en Australie avec “Family life on wheels”

Salut Jenny. Peux-tu te présenter en quelques mots stp, ainsi que ta famille?

Hello, je suis originaire d’Angoulême , j’ai 40 ans et vis en Australie depuis plus de 10 ans. Nathan mon conjoint , est australien et a 48 ans, et Louie notre fils à 3 ans et demi.

Vous avez, ta famille et toi, décidé de vivre une vie nomade en Australie. Peux-tu nous expliquer en quoi cela consiste ?

Nous avons un 4×4, un Camper trailer tout terrain, et faisons principalement des campings gratuits ou low cost. De temps en temps à proximité des grandes villes, nous faisons du house sitting, et nous nous arrêtons pour travailler pendant quelques mois afin d’avoir assez d’économies pour repartir. En gros nous travaillons maximum 6 mois par an.

Il nous arrive aussi de faire du  bénévolat de temps à autre.

Quand beaucoup de familles hésitent à voyager, vous vous vivez une vie d’aventure. Quel fut votre déclic ?

La naissance de notre fils ! Nous avions chacun notre entreprise et on travaillait énormément… Nous n’avons pas voulu passer à côté de son enfance. Aussi de mon côté, j’ai vécu malheureusement beaucoup trop de décès de proches avant l’âge de 50 ans, donc je ne voulais pas attendre d’être retraité pour avoir la vie que je rêvais. Peut-être ne l’aurai-je jamais eu.

Quelles étaient vos craintes avant ce départ et même votre préparation ?

Vraiment aucune, nous étions prêts et si ça ne marchait pas nous pouvions toujours revenir en arrière . Je crois en la vie, et je savais que ça se passerait bien. Si on a peur et  qu’on se pose trop de questions , on ne fait jamais rien.

Côté expérience, elle est incroyable pour vous parents, mais aussi pour les enfants. Que leur apporte-t-elle justement ?

Louie est un enfant très sociable, très respectueux de la nature. Depuis qu’il a 17 mois il ramasse les déchets des autres ou est gentil avec les animaux par exemple… Il apprend aussi énormément car sur la route c’est l’école de la vie. Dû au manque de place il n’a pas 3 tonnes de jouets et laisse place à son imagination. Il s’éclate avec un bout de bois et des pierres, mais adore aussi ses Dinosaures et ses voitures !

Il ne passe aussi pas ses journées devant un écran, il regarde un peu les dessins animés évidement… mais il en a vite marre et préfère retourner jouer. Louie est aussi un très bon marcheur et son dernière exploit n’est qu’autre que 700 m de dénivelé. Ici il y a toujours un nouvel endroit à explorer et il adore ça.

A quoi ressemble en général votre métro boulot dodo ?

Réveil : café au lit pour moi ! J’en ai besoin pour me mettre en route. Ensuite, un peu de réseaux sociaux . Si on ne travaille pas on prend notre temps avec un peu de un-schooling , puis petit dej (avec un feu si c’est autorisé à l’endroit où nous sommes), yoga, visite des alentours, work-out, etc. Vient ensuite le retour à la maison où nous jouons avec Louie et préparons le dîner. Une histoire, un dessin animé pour Louie et dodo.

Pour nous cela dépend. Un livre , un film, ou on reste à papoter avec les voisins.

Maintenant comme des sédentaires, nous avons aussi des journées relax, où nous restons sur place.

Quels mots mettrais-tu sur votre qualité de vie actuelle ?

La liberté. Celle du voyage mais aussi celle de ne pas avoir de crédits, de factures. On a l’esprit libre donc si un boulot ne nous plaît pas nous partons… Nous n’avons pas d’impératifs.

Quelle est la différence pour toi, entre le PVT (que tu as fait en premier lieu), et cette vie famille nomade en Australie?

Je dis souvent quand nous rencontrons des jeunes en PVT, que nous sommes des “vieux”  backpackers… Sauf que nous avons un peu plus de confort et que c’est un choix de vie. Ce n’est plus pour un an ou 2, et nous n’avons plus aucune obligation à travailler dans les fermes afin de renouveler notre visa .

Quel est le regard des gens lorsque vous racontez votre mode de vie ?

Beaucoup nous disent que nous avons de la chance, que nous avons raison. D’autres aussi sont admiratifs mais savent que ce ne serait pas une vie pour eux. Ils se demandent comment nous faisons. Certains pensent aussi que c’est faisable parce que nous avons beaucoup d’argent et c’est à nous de leur expliquer que ce n’est pas le cas !

Garder une chose est impossible, mais qu’est-ce qui vous a le plus marqué en 2 ans ?

Les rencontres, la façon dont les gens connectent sur la route est différente et rapide… et aussi comment les gens nous ouvrent leur porte après 30 min de discussion.

Pensez-vous avoir trouvé votre petit paradis ?

Absolument, nous sommes vraiment heureux .

Comment voyez-vous votre avenir ?

Nous allons continuer dans d’autres pays lorsque nous aurons fini l’Australie. Je vais passer aussi mon diplôme de traductrice pour pouvoir être nomade digital.

Puis, le jour où nous nous poserons, nous voudrons un endroit où nous pouvons faire pousser nos fruits et légumes, avoir des poules pour les oeufs, des abeilles pour le miel, une vache pour le lait, quelques chèvres. Aussi, aider les animaux sauvages blessés .

Que conseilleriez-vous à une famille hésitante quant au fait de se lancer sur les routes ?

Il faut foncer ! La vie est trop courte et pleine de surprises, puis les enfants s’adaptent super vite et très bien. Comme je le disais plus haut, nous pouvons toujours recommencer notre vie d’avant…. mais on ne peut pas rattraper le temps perdu !

On a qu’une vie, que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

La santé, de continuer à être heureux , et d’être source d’inspiration .


Pour suivre les aventures nomades de Jenny et sa famille : 

 

Découvrez nos autres interviews en cliquant-ici.

Notez cet article
[Total: 0 Average: 0]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *