Pourquoi Rendez-Vous en Terre Inconnue nous touche t-elle autant?

Un regard sur le monde, de la découverte et comme son nom l’indique, de l’inconnue, Rendez-Vous en Terre Inconnue fait partie de ces émissions que l’on se plait à regarder. Sa vision des choses en fait un souffle d’air frais à chaque fois, mais pourquoi?

Rendez-vous en Terre Inconnue, analyse d’une émission qui vous touche au cœur

Madagascar, Cameroun, Indonésie, Pérou, Mongolie, Australie et bien d’autres, sont tant de pays que l’émission nous fait découvrir depuis des années. Lancée fin 2004, ce sont maintenant plus de 25 émissions qui s’enchainent mais pas à un rythme effréné. 26 pays, 26 régions, et surtout 26 peuplent dont on ne soupçonnait même pas l’existence.

Les émissions voyages ne manquent pas à la télé, mais Rendez-vous en Terre Inconnue a ce je ne sais quoi qui la rend attractive. Enfin je ne sais quoi, j’ai bien mon idée. Hormis nous faire découvrir des paysages fabuleux, “RVETI” nous offre des moments uniques avec des peuples en autarcie complète. Ces tribus nous montrent peut-être une idée de ce que serait notre monde sans toutes les pollutions environnantes. Même si la vie ne doit pas leur être belle tous les jours, c’est un peu l’expression vivre d’amour et d’eau fraîche qui prend tout son sens.

Avec Rendez-vous en Terre Inconnue on ne voyage pas, on apprend.

L’humain avant tout

En regardant Rendez-Vous en Terre Inconnue, on s’imagine souvent à la place de ces gens. Ils sont comme vous et moi mais seulement avec l’essentiel. Quand on passe des soirées à regarder des films, eux regardent le ciel autour d’un feu. Quand on est sur notre téléphone portable, eux communiquent. Quand on fait nos courses, eux plantent et récoltent. Ces modes de vie offrent l’espoir que tout n’est pas forcément corrompu par l’argent.

Même si une part de notre imagination est rêveuse et se projète avec eux, il en reste pas moins compliqué de comprendre ce qu’ils vivent au jour le jour. Une dose d’appréhension, un moment de compréhension, des rires et interrogations avant le moment redouté des adieux. Comme ils le disent si bien, ce n’est pas qu’un au revoir, mais bien des adieux qui se font chaque fois. Thomas Pesquet  le faisait comprendre dans l’émission du 04 décembre, peut-être qu’ils se reverront, s’ils quittent la tribu, et qu’ils apprennent le Français ou Espagnol. Parce que oui, tous les opposent. Mode de vie, langue, croyances. Ce n’est pas une excursion, mais bien un moment de cohésion.

On nous fait vivre virtuellement, quelque chose que nous ne pourrons jamais vivre réellement.

Une émission rare et sans abus

On pourrait aussi penser qu’une émission qui fonctionne comme cette dernière sera quoi qu’il arrive pressée afin d’en tirer le maximum, le plus souvent possible, mais justement non. La rareté fait aussi qu’on aime tant la regarder. L’attente c’est ce qu’il y a de mieux comme on dit.

La rareté justement permet de faire un choix, une sélection des lieux et de la préparer pour le mieux à chaque fois. De mémoire je n’ai aucun mauvais souvenir de chaque émissions qui furent diffusées. Tout au plus un moment que j’ai trouvé dommage, et encore.

Bien sûr il y a un montage, des moments coupés ou “mis en scène”, mais même là tout est fait dans une optique de refléter la et leur réalité. Du moins, à mon sens. Musique, plan, paysages, l’humain, qu’est-ce qu’on pourrait reprocher à l’émission? Je me le demande.

Des invités irréprochables

Nous vivons l’émission à travers la caméra, mais surtout grâce aux réactions des invités et Frederic Lopez. Ce sont eux qui nous font comprendre ce qui se passe, et c’est pourquoi le choix a toujours été bien fait. Pas de grande star, juste des personnalités connues qui arrivent retranscrire leurs émotions du moment, s’ouvrir, et se laisser aller. L’émission ne serait pas la même chose avec des personnes centrées sur elles, avec un regard persistant sur leur paraître.

Bizarrement, il y a eu lors de l’émission du 5 décembre 2017 en Ethiopie, Kev Adams. Le choix n’était pas celui qui m’emballait car ce dernier à la télé, il faut vouloir, et pourtant… Son séjour chez les Suri m’a impressionné et m’a montré une autre facette de ce personnage. Ce n’est pas pour autant que j’aime ce qu’il fait maintenant, mais il a montré un caractère attachant et fragile que l’on attendait pas. Peut-être parce que c’était la première fois qu’on le voyait et qu’il ne jouait pas un rôle. Juste Bravo.

La suite pour Rendez-Vous en Terre Inconnue

Frederic Lopez arrêtant l’émission, Raphaël de Casabianca en prendra le relai à partir de 2019. Comme il le dit si bien, il y a eu trop d’émotion au fil des années et continuer serait trop dur. Trop d’émotion pour un seul homme? On peut comprendre quand rien qu’à travers notre petite lucarne nous avons la boule au ventre à chaque séparation.

Rendez-vous en Terre Inconnue est un ovni dans le monde télévisuel qui se dégrade de jour en jour. Un ovni qui nous montre que l’argent n’est pas le centre du monde, que la vraie vie n’est pas être sur son ordinateur à taper cet article, que la joie est présente mais qu’elle peut se cacher n’importe où.

On peut continuer comme cela longtemps, mais gardons à l’esprit que le plus important, c’est le sourire sur un visage et la bonté d’un personnage. Oublions la larme de fin, gardons l’essentiel. Le bonheur est-il ailleurs?

Voyageusement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *